Votre panier est vide  Votre compte

Formations ou évènements Santé Publique France

Rapport annuel 2017 de Santé publique France

RÉTROSPECTIVE 2017 

 

Voici le rapport SPF 2017 complet : cliquer sur ce lien

 

La frise intéractive des activités de SPF dont la réserve sanitaire : cliquer sur ce lien

 

L'essentiel des chiffres des activités de SPF dont la réserve sanitaire : cliquer sur ce lien

Sante publique france logopg

Signature du protocole Défense-Santé

Mme Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, ont signé le jeudi 6 avril un protocole interministériel pour renforcer la coopération entre les acteurs de santé, qu’ils soient militaires ou civils. Ce texte respecte les missions spécifiques de chaque acteur de santé et permet ainsi un soutien médical de qualité sur l’ensemble du territoire, au profit de tous les français.

L’ampleur des défis sanitaires auxquels la France doit aujourd’hui faire face (épidémies, actes de terrorisme par exemple) implique un renforcement de la coopération entre le service de santé des armées et les opérateurs de santé publique.

Le protocole signé hier permet d’optimiser la réponse apportée aux besoins de santé de la population et des forces armées. En plaçant le service de santé des armées comme acteur à part entière du service public de santé ce texte favorise la coopération entre les hôpitaux militaires et civils sur les territoires de santé et renforce les échanges en matière de formation et de recherche médicale.

Cette coopération se traduit notamment par des formations des services de secours civils à la médecine de guerre et l’association systématique du service de santé des armées aux exercices de simulations de crises sanitaires.

Les hôpitaux militaires participeront désormais à la permanence des soins et des urgences des établissements de santé et concourront ainsi aux parcours de soins de nos concitoyens. Les moyens du service de santé des armées seront par ailleurs intégrés dans les schémas territoriaux d’offre de soins, tout en restant subordonnés au ministère de la Défense et en soutenant l’activité opérationnelle des forces armées.

Ce protocole facilite enfin l’accès à la réserve opérationnelle du Service de santé des armées pour les professionnels de la fonction publique hospitalière qui souhaiteraient la rejoindre.

 

NDLR : il reste à savoir comment cela va s'articuler avec notre Réserve Sanitaire. Quelle complémentarité ? Sur quelles missions plutôt le SSA que la RS ? Quid des réservistes qui ont déjà un double statut (SSA + SPF) ?

A suivre.

 

Signature accord mindef minsan

Indemnisation des réservistes et des employeurs

Le Conseil d'administration de SPF s'est réuni pour définir les nouveaux forfaits d'indemnisation, comme le prévoit la Loi Santé 2016.
Ces forfaits s'appliqueront à toutes les missions lancées à partir du 08 novembre 2016.
 

La suite complète ici.

Sante publique france logopg

 

Notre nouveau DG, Santé Publique France

François Bourdillon, la santé avant tout

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 02.05.2016

La santé publique est pour lui comme une évidence. François Bourdillon a pris les rênes de la nouvelle agence nationale de santé publique. Inscrite dans la loi de modernisation du système santé de décembre 2015, cette agence a été juridiquement créée le 1er mai par décret. Son nom : Santé publique France.

Pas simple de fusionner plusieurs entités : l’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes), qu’il dirigeait tous deux, et l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus), qui compte 2 500 réservistes mobilisables. A cela s’ajoute une structure appelée Adalis (Addictions drogues alcool info service).

Dans les faits, François Bourdillon s’y attelle depuis dix-huit mois. Les 600 agents seront regroupés, le 1er janvier 2017, dans le siège actuel de l’InVS, qui comprend le château de Vacassy, en bordure du bois de Vincennes. François Bourdillon a obtenu la garantie de ne pas toucher en 2016 au nombre de postes ni au budget, qui a déjà été réduit les années précédentes.

Francois bourdillon le 20 avril 16 a paris dg spf

Veiller à la sécurité sanitaire et de gérer les crises

Son modèle : les Centers for Disease Control and Prevention américains ou le Public Health England, qui allient l’épidémiologie et la prévention. De quoi s’agit-il ? D’abord de veiller à la sécurité sanitaire et de gérer les crises, en lien avec les agences régionales de santé, les professionnels de santé et la société civile, « la direction générale de la santé étant le chef d’orchestre ». François Bourdillon le sait, les week-ends et les nuits peuvent être sacrifiés, comme pour la crise Ebola où les agents de l’InVS ont été sur le pont 24 heures sur 24 pendant un an et demi, ou pour Zika, qui mobilise actuellement une douzaine d’épidémiologistes. Il faut savoir lancer l’alerte aux autorités de santé : ne pas être alarmiste mais réagir quand besoin est.

Ces alertes ne concernent pas seulement le domaine des maladies infectieuses, mais aussi la santé environnementale ou un épisode de canicule, un pic de pollution atmosphérique, etc. « A chaque alerte, nous sommes potentiellement porteurs de mauvaises nouvelles, ce qui met sous tension », reconnaît François Bourdillon. On en compte en moyenne deux par semaine.

Cet homme chaleureux adore expliquer, transmettre. Il donne encore quelques cours à la chaire santé de Sciences Po. Il avait même dépoussiéré la Société française de santé publique, la plus ancienne société savante, créé en 1877, qu’il a présidée de 2005 à 2011, en lui faisant jouer un rôle dans le débat public, ce que louent ses pairs.

« Météo des maladies »

Il est également sur le front de la surveillance des maladies saisonnières. Son souhait : que chaque professionnel puisse disposer d’ici à deux ans sur son smartphone de la « météo des maladies » pour avoir en temps réel la carte de la grippe, de la gastro-entérite, la bronchiolite... Ces données existent mais sont selon lui sous-valorisées.

Santé publique France pilotera aussi la prévention. « La santé publique est le parent pauvre en France, où la médecine curative reste l’alpha et l’oméga. La prévention n’était pas intégrée par le corps médical. Il a fallu des crises sanitaires, comme celle du sang contaminé en 1995, et l’influence du mouvement associatif, pour inverser un peu la tendance », analyse Didier Tabuteau, responsable de la chaire santé de Sciences Po, pour qui « François Bourdillon est l’un des médecins qui incarnent le plus la santé publique en France ». « Il est très proche du terrain et a une véritable hauteur de vue », ajoute le professeur Frédéric Tankéré, chirurgien ORL à la Pitié-Salpêtrière.

Pour inverser la tendance sur la prévention, François Bourdillon insiste sur la nécessité d’être pédagogue. « Face à un courant anti-vaccinal très fort, il faut trouver les bons moyens pour s’adresser à la société civile », assure-t-il. Pour réduire le tabagisme, où la France est mauvaise élève (30 % de fumeurs), François Bourdillon veut lancer une vaste opération « moi(s) sans tabac », en novembre, sorte de Téléthon du tabac. « C’est la première grande expérience de marketing social », se réjouit-il.

Un parcours marqué par les années sida

La prévention, il connaît. En 2001, lorsqu’il intègre le cabinet de Bernard Kouchner, alors ministre de la santé, c’est pour y mettre en œuvre une méthode de santé publique et des plans pour Alzheimer, le diabète, etc. « Pas moins de 22 plans de santé publique ont été conçus à ce moment-là, dont le Plan national nutrition santé, ce qui était une première... », se souvient Didier Tabuteau, alors directeur de cabinet.

Le choix de diriger Santé publique France est, pour François Bourdillon, l’aboutissement logique d’un parcours marqué par les années sida. Après avoir coordonné l’accueil des réfugiés d’Asie du Sud-Est pour l’association Migrations Santé, en 1980, il a commencé sa carrière de clinicien dans deux hôpitaux de l’AP-HP. En 1993, il a pris la tête de la mission sida à la direction des hôpitaux. Son rôle : adapter l’offre de soins à l’épidémie. « A cette époque, elle était incontrôlable, se souvient-il. Il a fallu construire un système d’information : savoir où les malades se faisaient soigner et à quel stade de la maladie, renforcer les moyens en personnels... »

Les questions de prévention sont pour la première fois abordées et mises en avant. C’est aussi le début de la démocratie en santé avec les associations Aides, Act Up, etc. En 2006 et jusqu’en 2014, il devient vice-président du Conseil national du sida. Il a continué ses consultations à la Pitié, un jour par semaine... jusqu’à ce qu’il soit nommé directeur général de l’InVS, en août 2014. « Ne plus recevoir les malades me manque, ça vous remet au bon endroit », regrette-t-il. Il a aussi abordé le sida à Médecins sans frontières dans les années 1980.

Commission des événements indésirables graves

Après le cabinet Kouchner, il reprend un poste à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière en 2003, où il devient chef de pôle en 2011. Il reste le seul à un tel poste à ne pas être professeur des universités (PUPH), le nec plus ultra dans la carrière d’un médecin hospitalier. Chargé de la gestion des risques à l’hôpital, il contribue à la mise en place d’une commission des événements indésirables graves (suicide, mort inexpliquée...). Le but était d’identifier les dysfonctionnements et d’améliorer la qualité des soins. « Il manque encore dans cette commission », explique Frédéric Tankéré, qui dirige cette structure. « C’est quelqu’un de disponible, très affectif dans ses rapports humains. Il considère les gens avec lesquels il travaille », ajoute-t-il.

« Exigeant avec lui-même et avec les autres, c’est un grand professionnel qui se fait respecter, explique Philippe Grenier, président de la Commission médicale d’établissement de la Pitié- Salpêtrière. Il a aussi un grand sens de l’éthique et de la probité. » François Bourdillon a ainsi désamorcé des conflits à la Pitié, les rivalités entre les services étant parfois tenaces dans cet univers hospitalo-universitaire. Dans tous les cas, « c’est un travail d’équipe, l’individu doit s’effacer », dit-il. « Il est toujours sur le fond des sujets et pas sur la forme, et jamais dans le pouvoir, ce qui est plutôt rare », confirme Esmeralda Luciolli, médecin de santé publique, qui l’a rencontré dans les années 1980 alors qu’ils étaient tous deux médecins dans des associations. Elle le décrit aussi comme « très fidèle, présent, disponible », un militant de la santé publique.

Né à Conakry (Guinée), François Bourdillon a toujours voulu être médecin. C’est une longue tradition familiale – à laquelle son père, polytechnicien, et sa mère, professeure de latin et de grec, ont seuls dérogé. Son fils cadet Pierre, neurochirurgien à Lyon, est la cinquième génération, et Nicolas, l’aîné, physiologiste, travaille à Lausanne. Sa femme est également médecin, pédopsychiatre à Sainte-Anne, à Paris. Il s’adonne à la généalogie et a même créé un site de la famille Bourdillon, où figurent d’illustres ancêtres.

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 02.05.2016

 

 

 

Séminaire de formation pour les référents EPRUS

Crise sanitaire faire face a la

Ce soir débute le séminaire de formation des référents EPRUS jusqu'au 04 mai. Parmi eux, des réservistes sanitaires sélectionnés et d'ex-encadrants eux aussi re-sélectionnés via un questionnaires-réponses dont nous avons déjà parlé. Un certain nombre d'ex-encadrants que vous connaissiez en missions ou formations ne font plus partis de liste. Place aux nouvelles têtes et à d'autres compétences ! Bravo à eux !

Formation

Ils sont une cinquantaine mais tous ne pourront pas assister à ces 3 jours de formation intense. Le dernier séminaire (ex-)encadrants s'était tenu en juillet 2015 et avait réuni presque tous vos encadrants d'alors.  Le programme avait été bien chargé : sécurité en mission, management d'équipe, construction de tactique de groupe, table ronde sur de nombreux sujets importants rencontrés en missions.
Nous espérons que ce cru sera aussi intéressant et enrichissant pour nos futurs "chef de mission". L'équipe des cadres EPRUS a certainement préparée une formation de haut niveau, vu la rigueur nécessaire et demandée en mission depuis EBOLA.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de ce qui aura émergé de tout ce brain stroming de 3 jours !


A bientôt pour d'autres infos sur la Réserve Sanitaire.
Le Bureau de l'ANARES

Les nouveaux référents EPRUS sélectionnés !

INFO RESERVE

Un questionnaire approfondi a été envoyé à plus de 300 réservistes présélectionnés (anciens encadrants ou nouvelles candidatures) afin que l'EPRUS choisisse les candidats selon les réponses fournies et des critères spécifiques.

182 ont répondu en totalité au questionnaire (très long et très précis!). 54 élus ont finalement été sélectionnés. Bravo à eux !
Les personnes concernées vont être invitées à un séminaire de formation pour se préparer au mieux à leur rôle de référent en mission.

L'ANARES les félicite et les encourage à prendre contact avec nous. Leur nouveau statut de réserviste sanitaire référent en font maintenant des interlocuteurs privilégiés avec l'association !! Un des membres du bureau de l'ANARES est également dans cette nouvelle cuvée des référents.


A bientôt pour d'autres infos sur la Réserve Sanitaire.
Le Bureau de l'ANARES

Lancement de la réserve sanitaire européenne

Le ministre des Affaires Etrangères a participé au lancement d’un « corps médical européen » ou RESERVE SANITAIRE EUROPÉENNE qui vise à réagir plus rapidement et plus efficacement aux crises sanitaires internationales, notamment à la lumière de l’épidémie d’Ebola et dans le contexte préoccupant du développement du virus Zika.
 

112

Cela s’inscrit dans le cadre de la "réserve volontaire européenne" pour répondre aux catastrophes. Neuf Etats membres, dont la France, fourniront des équipes et du matériel.
Le renforcement de la sécurité sanitaire internationale est une priorité de notre politique étrangère. Une conférence de haut niveau sera organisée à Lyon les 22 et 23 mars pour faire le point et engager de nouvelles initiatives.

Sources : MAEE.

 

Document à télécharger :

Corps me dical europe encorps-me-dical-europe-en.pdf (174.39 Ko)

Vidéo // VOTRE DEPART EN MISSION // EPRUS //

 
A visionner avant votre départ en mission, exercice terrain ou formation. Repond à beaucoup de question que se posent les réservistes sanaitaires.
 
Ici une vidéo réalisée avec les plus anciens encadrants de l'EPRUS. 
 

Lire la suite

Vidéo // Colloque de la Réserve Sanitaire 2015 // Rétrospective

 
Le 25 septembre 2015, lors du 2ème Colloque de la Réserve Sanitaire, nous sommes revenus sur l'ensemble des grandes missions de la #TeamRS, par le biais d'interventions de responsables de l'EPRUS, de témoignages de réservistes sanitaires, et de tables rondes d'experts en différentes thématiques.
Connectivité, Renfort hospitalier, lutte contre Ebola, renfort d'ambassade, formations, renfort des plateformes téléphoniques du Quai d'Orsay du Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International, et perspectives de fusion avec l'INPES et l'INVS... 

Formation EPRUS en MARTINIQUE // ARS de Zone

Le 9 et 10 novembre 2015, 2 formateurs-encadrants de l'EPRUS ont dispensé une formation à une groupe de RS venus de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane. C'est une première en Outre Mer Antilles-Guyane ! Présence du directeur de l'ARS de Martinique.

Un Apéro ANARES a animé les rencontres le 9 au soir, organisé par Christiane R. Merci à elle !!

Participants2Unknown

Rapport 2015 du Sénat sur l'EPRUS

Retrouvez ici le rapport du Sénat sur l'EPRUS. Les principales recommandations (résumées) sont en pages 5 à 7. Les plus courageux pourront lire tout le rapport, il est très instructif sur le devenir de l'EPRUS !

 

Senat logo republique francaise svg

4èmes Journées interrégionales de Veille Sanitaire des Antilles Guyane

Du 5 au 7 novembre 2015 auront lieu les 4èmes Journées interrégionales de Veille Sanitaire des Antilles Guyane. Les objectifs sont de promouvoir le réseau interrégional de veille sanitaire des Antilles Guyane et de partager les expériences de divers acteurs de la lutte contre le chikungunya et d'autres arboviroses.

Vous vous êtes vous-même récemment engagés dans la réponse à une de ces épidémies lors de votre mission EPRUS ? Si vous souhaitez proposer, seul ou en groupe, une communication sur votre mission, n’hésitez pas à le faire ! L'EPRUS ne verra que des avantages à ce que vos misions et compétences soient mieux connus sur place. Vous êtes invités à soumettre un résumé, en français ou en anglais, au Comité scientifique, par courriel à : ars-martinique-cire@ars.sante.fr, en suivant les instructions qui vous sont présentées ici :  Appel a communication jirvs ARS Martinique 2015 2appel-a-communication-jirvs-2015-2-.pdf (128.67 Ko).

Vous pouvez transmettre une copie à l'EPRUS pour information.

Vous pouvez présenter votre communication seul ou par groupe.

Attention à la date limite : 15 août 2015

Le LOG en mission

Le Logisticien en mission

- ANARES -

Bienvenue sur le site officiel

****

>> SONDAGE QUESTIONNAIRE SUR L'ANARES ICI <<

****

Toutes les infos sur

les MISSIONS EN COURS ICI !

****

- Quelle indemnisation pour les réservites sanitaires ?

 

Des QUESTIONS sur la réserve sanitaire ?

 

contact@association-nationale-reserve-sanitaire.org

@ANARES_RESERVE